FacebookTwitterLinkedIn

DE MO KAT PAWOL

Absence
Jean-Claude Asselin de Beauville qui commente chaque année l’épreuve sur les ondes de Radio Caraïbes International, était bien présent au prologue mais pas à la première étape de lundi à cause de quelques ennuis de santé.

Les footballeurs aussi
Plusieurs footballeurs se mettent en forme à l’occasion de ce Tour des yoles : c’est le cas de Jean-Marc Emica l’attaquant du Club Franciscain qui n’en est pas à sa première participation.et le jeune Johanny Lagin (18 ans) qui évolue à l’US Robert.

Plus de peur que de mal
Le patron du Colibri Voyageur blessé lors du prologue s’est manifestement rétabli assez rapidement. Certes il n’était pas sur sa yole mais il était bien présent au départ de Schoelcher.

Contre-pied
Charles Exilie est bien présent ! C’est la petite surprise ou la grosse selon le côté ou l’on se place. Le quotidien France-Antilles qui patronne du reste le maillot rouge depuis dix ans maintenant, avait consacré un gros plan à ce loup des mers, article lui prêtant son retrait de la compétition. Il faut croire que la tentation a été plus forte et que notre bon vieux Charles n’a pu supporter de voir partir ses jeunes compagnons sans lui.

Chronos
Au nombre des chronométreurs, citons Laurent Ursulet ancien président de la Ligue de football de Martinique, Farell François –Haugrain ancien rugbyman de talent de l’US Robert ou encore Gabriel Gallion actuel journaliste à France-Antilles et bien connu en Métropole pour y avoir séjourné durant plusieurs années.

Drôles de comparaisons
Certains journalistes n’hésitent pas à faire des comparaisons pour le moins osées avec les yoles rondes. Pour l’un le Cap Salomon est l’Alpe-D’Huez des yoleurs du Tour, pour un autre Géant est le champion du monde sortant ou Miss Antilles est un outsider amusant. Que diront-ils lorsque les yoleurs arriveront à la Caravelle ou aux environs de Grand-Rivière surtout si le mauvais temps s’y met.?

Un Guadeloupéen est de la fête
Il s’agit de Guy Thélier qui est, dit-on, venu prêter main forte à Miss Antilles International. Reste à savoir maintenant de quelle manière car le patron de cette yole franciscaine a déclaré sur les ondes qu’il l’avait débarqué à cause de la surcharge importante de son bateau lors de a première étape.

 PAWOL PATWON

Marc LAGIER (Joseph-Cottrell) : « Toute victoire est bonne à prendre, sachez cependant que les concurrents ne sont pas faciles à manœuvrer et que ce Tour sera encore très difficile. »

Georges-Henri LAGIER (Ets Rosette) : « L’hélicoptère nous a gênés à un certain moment mais ce n’est pas grave, il faut bien assurer la retransmission, ceci étant nous sommes très contents car nous avons bien navigué, nous commençons à nous adapter et notre mano a mano avec Cottrell ne fait peut-être que commencer sans pour autant négliger les autres concurrents. »

Félix MERINE (Géant) : « Ils ont mieux marché que nous, ils étaient donc meilleurs. Cela n’a pas très bien fonctionné à Fort-de-France ce qui explique en partie notre retard, ce n’est pas perdu loin de là, nous n’en sommes qu’au début, ce retard n’est rien. »

Joseph MAS (Ho-Hio-Hen) : « A la première étape, nous ne prenons jamais de risque, nous avons mis quatre mètres carrés de moins à notre voilure et cela nous a pénalisés. Nous sommes contents tout de même car l’essentiel consistait bien à entrer sans casse. Demain on fera ce qu’il conviendra de faire pour l’emporter mais rien n’est encore joué. »

Jean-Charles MELCHIOR (Optika) : « C’était une étape piège, nous n’avons pris aucun risque, le vent nous a peu piégés. »

Maurice LAMON (Equipier Brasserie Lorraine) : « L’étape n’était pas trop difficile car le vent était favorable. C’est au niveau de la yole que nous avons pêché car nous n’avons pas bien remonté au près. Nous sommes cependant en confiance et si nous sommes au Tour c’est pour créer une surprise. Je ne désespère pas d’être parmi les trois premiers au Marin demain. »

Christophe DEDE (Equipier de la yole Joseph-Cottrell) « C’est une très belle victoire, nous avons bien manœuvré et tout a bien fonctionné. Il reste une ou deux étapes assez tranquilles, on peut prendre beaucoup de temps, on connaît les ténors alors si on peut le faire, on ne s’en privera pas. »

José EXILIE (Miss Antilles) : « C’est déjà mieux que l’an dernier, je n’ai malheureusement pas assez de voilure et je fais avec ce que je trouve car j’arrive de Métropole. »

Georges BARRU (équipier de la yole Tania Chaussures) : « On pensait qu’il y aurait eu plus de vent, cela n’a pas été le cas. On a joué la prudence, nous sommes satisfaits de notre 8e place et de notre belle remontée malgré notre petite voilure. Tout le monde se prépare en conséquence donc il faut faire avec les conditions qui nous sont proposées. »

Judith SYLVESTRE (Encadrement médical Joseph-Cottrell) : « Je donne simplement un coup de main pour la remise en forme cela fait maintenant huit ans que je suis avec eux et je suis donc très satisfaite aujourd’hui. »

Tags: