FacebookTwitterLinkedIn

L’étape terrible par excellence qui recommande un très beau temps pour une assez bonne navigation. L’Atlantique avec ses fortes houles se dresse en effet sur la route des coursiers qui doivent faire d’une vigilance extrême pour ne pas perdre tout le bénéfice de leurs efforts des jours précédents. Il n’y aura qu’une seule bouée à franchir, celle située après l’îlet La Perle, en face de la plage du Prêcheur avant l’arrivée. Mais auparavant, les yoleurs pour peu que la mer soit démontée, auront peut-être déjà vécu un grand périple avant d’en arriver là en traversant Sainte-Marie, le Marigot, le Lorrain Basse-Pointe et Grand-Rivière.
Le départ sera donné à 9 heures et l’arrivée est prévue aux environs de 12 heures 30 au Prêcheur.

Ho-Hio-Hen et Géant relancent le Tour
Les malheurs d’Ets Rosette et de Joseph-Cottrell ont fait le bonheur de Ho-Hio-Hen et de Géant-Orange qui relancent du coup l’intérêt de la compétition à une étape de la fin.

A deux étapes de la fin Joseph-Cottrell conservait encore l’ambition de remporter son premier Tour. Pour Ho-Hio-Hen, l’espoir qui subsistait était infime et pour Géant-Orange, seules les victoires d’étape restaient un leitmotiv évident, histoire de contrarier l’hégémonie franciscaine sur le vingtième anniversaire de cette Grande Dame qu’est le Tour.

PAWOL, PAWOL

Les Robertins vainqueurs dans l’extrême nord l’année dernière avaient, d’une certaine manière, définitivement conforté leur leadership et espéraient enfin faire revenir el sourire sur le visage de leur supporters.
Ets Rosette, serein, après ses trois succès consécutifs, allait-il se contenter de contrôler, ce n’est pas le genre de la « maison ». Dès le départ et ce n’est nullement une surprise, les habitués prennent les devants et après quarante minutes Géant-Orange mène la danse devant Ets Rosette, Ho-Hio-Hen et Joseph-Cottrell, « Ti Soda » menant la chasse dans le deuxième groupe.
Devant la commune du Marigot, Géant-Orange a une avance de 1’22’’ sur Ets Rosette mais la bagarre ne fait que commencer car quelques kilomètres plus loin, les deux protagonistes sont bord à bord en rasant la côte.
Derrière Ho-Hio-Hen et Joseph Cottrell sont distancés, le premier compte à peu près cinq cent mètres de retard tandis que le dernier nommé est sous la menace de « Ti-Soda » qui finalement se positionne avant les hommes de Marc Lagier à ce moment de la course.

Les malheurs de Joseph-Cottrell
Mais la bonne première partie de course de ces Robertins est totalement anéantie par la suite puisqu’ils décident de prendre le large et perdent leur quatrième place.
Géant-Orange et Ets Rosette utilisent des stratégies différentes, le premier reste au bord de la côte tandis que le second va plus au large pour faire un 360°. Ho-Hio-Hen Myrza se rapproche, Optika joue de malchance en cassant sa vergue aux environs de Grand-Rivière et Joseph-Cottrell dessale.

Mais un nouveau coup de théâtre se produit dans les minutes suivantes puisque le leader Ets Rosette dessale à son tour en vue de l’îlet La Perle. Le Tour regagne en suspense car Ho-Hio-Hen a peut-être l’occasion de reprendre le maillot rouge et Géant de se rapprocher.
Si Est Rosette ne met guère de temps à mettre une petite voile en mer, elle n’effectue par contre son changement définitif de voile qu’à la Crique de l’îlet la Perle ou elle compte déjà douze minutes de retard sur le « duo chinois » Ho-Hio-Hen-Géant qui a fait le trou en tête de course.
Georges-Henry Lagier s’est même fait dépasser par plusieurs embarcations dont Total, Brasseie-Lorraine et Générale de Menuiserie puis Jospeh-Cottrell et compte plus de 20 minutes au passage de l’îlet La Perle.
Ho-Hio-Hen en profite pour lâcher son grand rival Géant grâce à sa réputation à la godille. « Athon » Mas signe son premier succès au Prêcheur et revient à 13 minutes au général derrière Ets Rosette arrivé avec un retard de plus de 26 minutes. Géant-lui concède trois minutes et vient s’installer sur le podium à une vingtaine de minutes du leader et peut encore, qui sait, défendre jusqu’au bout son titre dans une dernière étape de tous les dangers. Quant à Joseph-Cottrell, il fait la plus mauvaise opération du jour, en terminant à près d’une demi-heure du vainqueur et se voit relégué à la quatrième place.

 DE MO KAT PAWOL

Cosmopolite
Oui le Tour est cosmopolite ! Il y a des Métropolitains comme Claude Thélier sur Miss Antilles International (François) ou encore les trois gendarmes de la Générale de Menuiserie (Trinité), mais il y a aussi Andresj Kochansky, un Polonais avec l’équipage de Ti Soda (Robert). Rompu aux grandes courses avec titres et plusieurs podiums à la clé, celui-ci a déclaré avec beaucoup d’humour à son arrivée à Trinité qu’il n’avait jamais eu l’occasion de flirter avec le dernières places sur un bateau à voile. Comme quoi il y a un début à tout.

Humour noir
D’humour, Alex Rosette le sponsor de la yole bien connue n’en manque pas non plus. A une question d’un journaliste de RFO, lui demandant s’il avait préparé son affaire, eu égard au nombre important de fanions qui pullulent sur les lignes d’arrivée il a répondu par cette boutade : « On les avait stockés étant donné que ces trois dernières années on n’avait pu les sortir. »

Invités
Le président de la Maison de la Mer a suivi la cinquième étape entre Trinité et Prêcheur samedi matin et osait pronostiquer Ho-Hio-Hen peu avant Grand-Rivière alors que ce dernier était en retrait à ce moment de la course. Pierre Crochemar, l’ancien entraîneur de l’Assaut, de la JA Trénelle et du CS Vauclinois entre autres était l’invité de Radio Caraïbes samedi matin de même que Jean-Philippe Ludon, le rédacteur en chef de la station de la Croix de Bellevue. »

 PAWOL PATRON

Joseph MAS (Ho-Hio-Hen) : « Aujourd’hui nous étions très motivés, c’était en plus l’anniversaire de l’un de nos sponsors Gaëtan Mirsa et c’est à lui que nous dédions cette victoire. Nous n’avons pas le choix, il nous faut attaquer si nous voulons l’emporter. »

Félix MERINE (Géant-Orange) : « J’ai fait la course en tête jusqu’à Grand-Rivière mais dans le petit temps Ho-Ho-Hen m’a dépassé par rapport à sa voile et dans l’exercice de la godille ou elle est plus performante. Demain j’attaquerai encore car je veux gagner une étape. »

Emmanuel MOUDANGUY (Total) : « Au début on a eu du mal mais on s‘est surpassé aujourd’hui surtout quand on vu les malheurs des premiers, on a su saisir notre chance. »

Maurice LAMON (Brasserie Lorraine) : « C’est une belle étape par rapport à hier. Nous avons attaqué car nous voulions à tout prix arriver sur le podium cependant nous sommes tout de même satisfaits de notre course. »

Alexandre NORBERT (Miss Antilles International) : « C’est la préparation qui paye aujourd’hui, nous avons fait des sacrifices et avons commencé des entraînements très tôt dans la saison. Hormis à Grand-Rivière ou nous avons eu des problèmes, cela s’est bien passé. »

Georges-Henry LAGIER (Ets Rosette) : « Nous avons fait une fausse manœuvre, une erreur d’inattention et nous avons été surpris par une vague. Il ne faut rien négliger dans ce genre d’épreuve. Nous ne voulions pas rentrer au départ mais quand nous avons constaté que ce n’était pas possible et que nous aurions perdu beaucoup de temps, nous sommes allés changer de voile. Il faudra être très vigilant demain. »

Tags: